Mon combat T.1 : La mort d'un père

Éditeur DENOEL
Collection : Mon combat
Paru le

Non disponible.

Peut-on ressusciter une enfance? Devenu père, Karl Ove Knausgaard se penche sur ce continent englouti. Il se retrouve face à cet autre lui-même, gamin trop sensible grandi à l'ombre d'un frère solaire, d'une mère souvent absente et d'un père aux colères imprévisibles. La lente maturation des sentiments, les flirts inquiets, la passion du rock et ce défaut de prononciation des r, qui lui gâche l'existence... Knausgaard dessine une carte ultrasensible de ses premières années. Un voyage affectif d'une fidélité absolue, qui nous mène à la déchéance du père et à sa disparition mais nous réserve aussi des instants de pure lumière. Immense succès en Norvège, traduit dans le monde entier, La mort d'un père est un livre à la fois intime et universel. Il repose la question de la vérité sur soi et de la possibilité pour la littérature de dire la vie, rien que la vie mais toute la vie.

Les libraires vous invitent à consulter

Les pères dans la littérature

Par publié le

En prévision de la fête des Pères le 21 juin prochain, voici une sélection de livres qui les dépeint sous toutes leurs formes. Pères et fils, Ivan Tourgueniev (Gallimard) La Russie au lendemain de l'abolition du servage. Les pères : bienveillants, un peu fatigués, sceptiques, mais convaincus qu'une bonne dose de libéralisme à l'anglaise résoudra les problèmes d'un pays encore médiéval. Les fils : sombres, amers, désespérés avant l'âge, haïssant toute idée de réforme, ne croyant qu'à la négation

Karl Ove Knausgaard : La chambre du fils

Par publié le

Lors d’une entrevue en 2014, Karl Ove Knausgaard tentait d’expliquer le processus d’écriture romanesque. Selon lui, « l’écriture vise à créer une chambre qui permet de s’exprimer. C’est ce qui constitue l’essence de l’écriture. C’est l’endroit d’où on peut dire les choses ». Pour les lecteurs de « Mon combat », cette chambre est familière. Qu’elle soit celle de son adolescence où il se cache des rages de son père et s’isole dans la lecture et dans la musique ou qu’elle soit celle qui, plus tard,

À qui l'IMPAC?

Par publié le

Le prix littéraire international IMPAC de Dublin récompense, année après année, des œuvres majeures de la littérature internationale. On se rappelle encore des triomphes de Parfum de poussière du Montréalais Rawi Hage en 2008 ou de La perte et le fracas du Néo-Écossais Alistair MacLeod en 2002.   L’édition 2014 promet de couronner un autre ouvrage de grand intérêt. Parmi les 10 finalistes choisis par des bibliothécaires issus de 177 pays, signalons : Le détour de Gerbrand BakkerAbsolution de P

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres