Le consentement

Éditeur GRASSET
Paru le
Papier ISBN: 9782246822691
Audio - CD ISBN: 9791035403430
Numérique - Epub Protection: Adobe DRM ISBN: 9782246822707
Audio - MP3 Sans protection ISBN: 9791035403102
Disponibilité en librairie :
Quantité

Le Consentement« Depuis tant d'années, je tourne en rond dans ma cage, mes rêves sont peuplés de meurtre et de vengeance. Jusqu'au jour où la solution se présente enfin, là, sous mes yeux, comme une évidence : prendre le chasseur à son propre piège, l'enfermer dans un livre. »Séduite à l'âge de quatorze ans par un célèbre écrivain quinquagénaire, Vanessa Springora dépeint, trois décennies plus tard, l'emprise que cet homme a exercée sur elle et la trace durable de cette relation tout au long de sa vie de femme. Au-delà de son histoire intime, elle questionne dans ce récit magnifique les dérives d'une époque et la complaisance d'un milieu littéraire aveuglé par le talent et la notoriété.

Les libraires craquent

  • Commenté dans la revue Les libraires par Anne-Marie Duquette

    « Prendre le chasseur à son propre piège, l’enfermer dans un livre » : c’est ainsi que l’autrice Vanessa Springora présente Le consentement. Or, ce récit est bien plus qu’un collet posé au trappeur qui l’a privée de son adolescence. C’est le récit du vice, et, plus encore, du vice systémique. Dans une prose d’une étonnante lucidité, l’autrice puise dans ses souvenirs de jeune fille de 14 ans pour narrer sa relation avec un écrivain de 36 ans son aîné. Plus encore, elle souligne de façon épistémique chaque silence qui a permis cette relation de pouvoir, tant dans les sphères familiale et sociale que dans le milieu littéraire. Le consentement est une entreprise de réappropriation de son propre récit; une véritable démonstration d’empowerment.


Les libraires vous invitent à consulter

Nos 25 livres préférés de 2020

Par publié le

C’est avec une subjectivité pleinement affirmée que certains membres de l’équipe de la revue Les libraires et de la coopérative des Librairies indépendantes du Québec, connue sous la bannière Les libraires, vous ouvrent une partie de leur intimité littéraire : leurs cinq livres favoris de l’année 2020. Force est d’admettre que les œuvres québécoises sont celles qui sont les plus nombreuses à avoir fait chavirer nos cœurs et nos méninges!

Cinq écrivaines finalistes pour la remise du prix Irrésistibles

Par publié le

Hier, les membres du Club des Irrésistibles ont annoncé les finalistes de la 13e édition de leur prix annuel. Des 540 coups de cœur littéraires désignés, les cinq livres en lice, pour la deuxième année consécutive, ont tous été écrits par des femmes, parmi lesquelles se trouvent deux Québécoises : Annie-Claude Thériault et Marie-Renée Lavoie.

Vanessa Springora sacrée auteure de l'année par Livres Hebdo

Par publié le

Mardi le 8 décembre, Vanessa Springora, écrivaine et éditrice française, a été élue auteure de l’année par les lecteurs de Livres Hebdo, un magazine français majeur de référence sur l’industrie du livre.

Les Inrockuptibles remettra désormais son prix littéraire

Par publié le

Le journal français Les Inrockuptibles a décidé de décerner son propre prix littéraire et dévoilera ses tout premiers lauréats le 17 novembre prochain.

Le Grand Prix des lectrices ELLE couronne des lauréates

Par publié le

Le Grand Prix des lectrices ELLE a cinquante ans. Le magazine français, fondé en 1945, fait chaque année un appel de candidatures auprès de son lectorat pour déterminer les cent vingt lectrices qui formeront le jury.

Matthieu Dugal : Tête chercheuse

Par publié le

Il est journaliste et animateur de l’émission Moteur de recherche, diffusée sur les ondes radiophoniques d’ICI Première, à Radio-Canada, où il aborde la science, la consommation et l’environnement en compagnie de ses collaborateurs. À la même antenne, il est également chroniqueur techno à Pénélope. Mais Matthieu Dugal est surtout un aficionado d’à peu près tous les sujets qui puise ses principales motivations dans ses lectures.

La reconstruction

Par publié le

Elle dit accorder trop d’importance à l’oubli, « un genre de résilience, […] la seule façon d’inventer quelque chose, d’avoir l’âme neuve et pure […], le vrai moyen de résister à la mort, ou au moins de le croire ». Elle brandit cet idéal un peu naïf de la table rase, mais mesure aussi de manière extralucide le poids du passé, ce boulet qui l’obsède et la hante. Un passé à la fois trop prégnant et menacé de disparaître comme l’être aimé. La séparation est un bijou bâti par d’habiles et puissants

Vous aimerez peut-être...

X

Navigation principale

Type de livres